Le Patrimoine disparu :

LE CHATEAU 

Il se trouvait à l’emplacement de l’immeuble abritant actuellement le Bureau de Poste. Il avait certainement remplacé l’Ostaü deu Domec, cité dans le Censier Gothique de la Soule en 1377 ; le Domec était le domaine du « Domengéù » ou Dommengé qui était un Chevalier, vassal d’un Seigneur. Il couvrait également les maisons Pontaut et Tourrette aujourd’hui disparues. De plus ses dépendances s’étendaient jusqu’aux limites des jardins et terres d’Arhalea et de Souléguiù du côté sud et la maison Guerre du côté est.

Les maisons Brac, Chicourin, Joan dé Diù et Lassalette furent construites à partir de 1760 sur des dépendances du château affièvées par Mme la Marquise de Moneins (archives notariales). C’est sans doute la raison pour laquelle elles ne figurent pas sur le livre Terrier de 1764.

En 1576 Hélaine de Clermont Dame de Gramont, afferma la Dîme de Montory1 à Arnaud de La Maysou, commerçant d’Oloron pour une durée de onze années. Parmi les biens cités : la maison La Salle, tour et jardins, le Mouli bielh (moulin vieux), à l’exception du Moulin de Cassanabo que ladite Dame se réservait. En 1634, le Château était en ruines, le Seigneur du lieu devait 5000 livres à un Marchand de Pau, plus les intérêts depuis 1630.Une vente aux enchères, se déroula à la porte de l’église, le Dimanche 8 Février 1634, devant un grand nombre d’habitants.

Description du Bien vendu : « Maison à deux planchers, lesquels et les fenestres sont toutes rompues par le long usage du temps. La tour aussi toute ruinée, sans planchers ni escaliers, couverte d’un toit en bardeaux fort usés. » La vente fut sans doute infructueuse puisque en 1638, la Baronnie et le Château furent achetés par le Comte de Trévilles.

Ce qui restait du château fut rasé en 1921 pour construire l’actuel immeuble abritant le bureau de Poste. D’après le témoignage du dernier propriétaire d’une maison construite sur les dépendances, il y avait un portail d’honneur avec des piliers en pierre et des grilles existant encore vers 1900. La colonne en pierre qui mesure 2,80 m de hauteur, que l’on peut voir dans une ferme de Montory, pourrait être l’un de ces piliers. Détail important, elle porte les traces de deux trous rebouchés au mortier qui correspondraient à l’emplacement des gonds.

Le Patrimoine existant :

LE MOULIN DE CASSANABO  ou Cazenave, transformé en habitation existe toujours dans le bas du village ainsi que la digue, ou « pachère », sur le ruisseau qui traverse la propriété Cachau.

L’ÉGLISE ET SON BLASON:

Le Blason  se trouve sur la clé de voûte du portail principal : il comporte un écu à base arrondie, d’origine espagnole, meublé de trois fleurs de lis sculptées en champ-levé et timbré d’une couronne Ducale. Les seuls Ducs ayant eu un rapport avec la Soule, donc Montory sont les Ducs d’Aquitaine, parmi eux, ALIENOR, Reine de France puis d’Angleterre. En 2003, un organisme spécialisé en héraldique nous avait affirmé que le blason de l’église de Montory était celui d’Alienor d’Aquitaine.

Cette version ne nous a jamais totalement convaincus, c’est pourquoi nous avons persévéré dans nos recherches. Le hasard a mis sur notre route, un journaliste- écrivain- historien qui vient de nous fournir une explication plus réaliste concernant le propriétaire du blason. Il s’agirait de l’un des fils de Charles VI, soit Charles Dauphin de France nommé Duc de Guyenne en 1399/1400 mort jeune, soit Louis, Dauphin en 1401, qui porta le titre de Duc de Guyenne jusqu’en 1415. On peut voir à N-D de Paris une plaque indiquant :  « Ludovicus Dux Aquitaniae, delphinus Viennensis » . Reste à trouver pour quelle raison son blason se trouve à Montory.

Nous n’avons trouvé à ce jour aucune indication sur l’origine du qualificatif « Bourg Royal » mentionné dans le Censier Gothique, mais plusieurs villages anglais et même écossais portent aussi ce titre. Celui-ci est il d’origine française et donc exporté au 12è siècle par Aliénor, ou d’origine anglaise importé par Aliénor ?? Ces bourgs étaient administrés par trois Jurats et la justice rendue par un Bayle.

Les lettres M L X X h gravées en dessous du Blason pourraient signifier: MLXX h 1070 héraclius2. Héraclius de Charitte, Archidiacre de Soule puis d’OLORON, réunit la Soule au diocèse d’Oloron. Les initiales, de part et d’autre du Blason, seraient celles de URBAIN II et HONORIUS II, Papes entre 1070 et 1130. Il est fort probable, pour ne pas dire évident que la construction de l’Église a duré une cinquantaine d’années voire plus, et que des  travaux « de finition » ont été réalisés même plus tard. La pose du blason est comme nous le pensions dès le début postérieure à la construction de l’église.

L’ÉGLISE : C’est une construction imposante comparée aux autres églises romanes de Haute-Soule et un peu plus récente de « style  de transition » début XIIè siècle. Son clocher donjon carré, 8m x 8m et 5 niveau rappelle celui du château Vicomtal d’Oloron (10mx10m 5 niveaux). A cette époque, Montory bénéficiait du « For d’Oloron et dépendait à la fois des Ducs d’Aquitaine et des Vicomtes d’Oloron. La présence de deux « mâchicoulis »atteste qu’il s’agissait à l’origine d’une église fortifiée. Les archères pratiquées dans les différents niveaux donnent une vue panoramique sur tout le village. Au sol on voit encore des plate-tombes et aussi des pierres plus modestes portant des noms de maisons ; jusqu’en 1776 environ les inhumations se faisaient à l’intérieur de l’église. Les baies sont rectangulaires, de petite taille et situées presque en haut des murs. Le retable en bois doré, de « l’école d’Oloron » est de la seconde moitié du 18è siècle. Le tympan de la porte latérale porte un chrisme inversé signifiant : après la fin la résurrection. Les tribunes en « plan incliné » sont de 1925. Les trois cloches sont de 1826 et 1846, l’une ayant pour parrain l’Abbé MARQUETTE  Bienfaiteur de la Paroisse, créateur avec « les Filles de la Croix » d’Igon de la première école privée de Montory. Sa sépulture se trouve à l’intérieur de l’église.

Robert Espelette

Ces pages seront actualisées suivant l’avancée de nos recherches

 

NB) Si vous utilisez ces textes merci de citer la source :

Assoc. « Vivons notre village Montory » © http://montory.pagesperso-orange.fr


 

 

 

 

HISTORIQUE SITUATION MOUSQUETAIRES VISITE GUIDEE VIVRE AU VILLAGE VISITES/EXCURSIONS THE ASSOCIATION

 

1A D Pyr-Atl : E 1787

2Chroniques du Diocèse d’Oloron Abbé Menjoulet